J’adore les fringues. Profondément, les vêtements m’intéressent. Je ne fais pas partie de ces filles qui déclarent haut et fort que faire les magasins c’est ennuyeux, que 3 jeans et 3 T-shirt gris suffisent à les vêtir tout au long de l’année.

Pourtant, je m’habille toujours pareil. Souvent un jean, quasiment toujours en pantalon. J’ai une penderie remplie de vêtements que j’aime mais que je ne porte pas. Je ne suis ni sophistiquée ni élégante. Je m’habille toujours pareil par flemme, parce que le matin va trop vite, parce que je n’ai pas l’énergie d’affronter le regard surpris et pas forcement bienveillant de mes collègues.

debut avril 2014 003

 A cela s’ajoute un dégoût de l’industrie du vêtement. J’ai été marquée par le drame du Bangladesh, tous ces pauvres gens qui sont exploités pour que je puisse trouver des fringues pimpantes à 5 euros dans toutes les boutiques de France. Le coût humain et environnemental est trop élevé. Je ne peux plus m’en foutre. Je ne peux plus ne pas y penser.

 Et puis, même si je coud à la vitesse de la limace, je sais reconnaître la qualité d’un vêtement. Et j’en ai marre d’acheter des fringues sans tenue, qui se trouent plus vite que la lumière, dont je n’ai même pas le temps de me lasser, dans des matières douteuses,

 Bref, j’ai envie de changer. De retrouver une garde robe simple mais qui soit également une garde robe plaisir. Peut-être moins de vêtements, mais plus éthiques, plus originaux. Pour moi le vêtement n’est pas que futile, c’est mon image, c’est mon rapport aux autres, mon rapport aux éléments, mon rapport au monde. On n’affronte pas la vie de la même manière en portant des chaussures plates ou des talons, on ne ressent pas le monde de la même manière en portant des matières naturelles ou des matières chimiques.

debut avril 2014 001

 J’entame avec ces chroniques un processus de changement. Je ne me donne pas de délai mais je veux me réconcilier avec ma penderie. Cela passera par un grand tri, de la couture réfléchie, une réflexion sur l’image sans occulter les notions de confort.

Dessins tirés d'un livre de  Lizzie Napoli